M
Poème caché

d

Je me noie dans l’horizon de ton corps, dunes de sables émouvants. Ton sourire cristallin résonne sous les étoiles pliantes, et font chavirer les peaux vendues des ours scolaires venant se jeter à nos pieds. Si seulement cela pouvait être l’hiver, ou l’été. Nos corps sont trop solides pour l’infini, qui s’enfuit déjà à tire d’ailes entre nos doigts emmêlés.

Impitoyablement, nous sommes orphelins de l’instant où nous nous sommes embrasés.

d

Non classé

Sorry, no posts matched your criteria.